• (+33) 7 58 33 57 75
   
   
   

“Au XIXe siècle, on a recruté des bras. Au XXe siècle, on a recruté des cerveaux. Au XXIe, on recrute des cœurs”

Mokhtar Zannad, Directeur Général de Nielsen,
Lauréat du prix de l’Entreprise innovante, édition 2016, du Forum Hub Africa.

ACTUALITÉS

Sur les 17 ODD définis par les Nations Unies, l’Objectif de Développement Durable n° 15 (ODD 15) est de préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité.

Ce qui nécessite une véritable collaboration entre les acteurs du territoire.

Dans le cadre d’un projet du programme Sud Expert Plantes Développement Durable (SEP2D), nous recherchons les parties prenantes suivantes :

  • Secteur financier : Interlocuteurs.trices, intéressés.es par la définition des conditions d’investissement durables (conservation de la biodiversité, lutte contre le changement climatique, etc.) dans la zone intertropicale, à des postes stratégiques, à même d’initier des dynamiques en interne, aux services Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) et communication d’institutions financières telles que les fonds privés, les investisseurs à impacts et les banques privées.
  • Entreprises : Interlocuteurs.trices, intéressés.es par la réduction des coûts des études d’impacts, l’identification des pistes de collaboration scientifique dans le domaine de la biodiversité et la conservation des ressources végétales tropicales, représentant les politiques RSE des secteurs impactant les espaces, les espèces et les écosystèmes : Construction/BTP, Mines, exploitation forestière et production végétale (intrants, filières végétales, etc.)
  • Industries de transformation : Interlocuteurs.trices, intéressés.es par la co-création des collaborations de recherche sur des questions scientifiques, à des postes stratégiques, à même d’initier des dynamiques en interne de secteurs « transformateurs » via des groupements (type syndicats) : Utilisant la biodiversité végétale pour leurs approvisionnements en vue de la fabrication de produits (cosmétiques, pharmaceutiques, compléments alimentaires, produits artisanaux, etc.)
  • Autorités nationales : Interlocuteurs.trices, intéressés.es par la rencontre avec des acteurs impliqués dans les enjeux de la biodiversité intertropicale avec des possibilités d’amorçage de montage de projets répondant aux stratégies nationales biodiversité, représentant de ministères techniques, en charge de la gestion nationale de la biodiversité (rattachées aux ministères de l’environnement, des eaux et forêts, de la recherche scientifique, etc.),
  • Banques de développement : Interlocuteurs.trices, intéressés.es par le renforcement de la résilience des économies régionales en maîtrisant les risques d’investissements liés aux changements globaux (changement climatique, perte de biodiversité, érosion des milieux, etc.), représentant les missions développement durable, environnement et/ou biodiversité des banques publiques de développement.  

Les parties prenantes retenues participeront, le 10 et 11 février 2021, à l’atelier de rencontres et de renforcement des capacités pour les acteurs économiques et scientifiques de la biodiversité végétale intertropicale.

Avant la rencontre, elles auront accès aux 30 projets de recherche soutenus par le SEP2D.

Ce qui permettra à ces parties prenantes de mieux préparer les travaux de l’atelier dont les livrables attendus sont très concrets et opérationnels :

  • Niveau national : Grappe de pré-projets en collaborations « chercheurs-opérateurs » qui pourraient être soumis à l’appréciation des autorités nationales pour une demande de financement auprès du Fonds pour l’Environnement Mondiale (FEM), Green Climate Fund, etc.
  • Niveau régional : Collaborations chercheurs – opérateurs en vue de la mise en place des projets régionaux, mettant en œuvre (ou visant à définir) les stratégies régionales « biodiversité » et soutenues par les banques multilatérales de développement,
  • Pour le secteur financier : Identification de cadres de bonnes pratiques d’investissement s’alignant sur les stratégies biodiversité en vue ultérieurement de la construction de projets pilotes mettant ces cadres à l’épreuve. Cette identification des cadres de bonnes pratiques pourrait se faire à travers :
  • La confrontation entre les impératifs de rentabilité et la nécessaire réduction des impacts sur la biodiversité,
  • L’état des lieux des indicateurs de suivi disponibles en biodiversité et leur pertinence face à la spécificité des zones géographiques et des secteurs industriels.

A l’issue de l’atelier, deux outils ont été identifiés pour concrétiser la poursuite des collaborations :

vPrix, en association avec la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB), récompensant les porteurs de projets scientifiques, qui dans un délai d’un mois à l’issue de l’atelier, auront su structurer un consortium opérationnel autour d’un projet de collaboration à développer. Ces consortiums devront être structurés, à minima autour d’un partenariat entre une équipe de recherche et un opérateur économique et inclure idéalement une organisation de la société civile ainsi que des représentants d’autorités nationales et de banques publiques de développement,

vAccompagnement au dépôt de dossier d’amorçage auprès de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), dans le cas d’une collaboration scientifique avec une équipe de l’Institut mise en œuvre avant juillet 2021 (2 sessions d’actions d’amorçages).

Le programme Sud Expert Plantes Développement Durable (SEP2D) s’inscrit dans une dynamique internationale d’appui et d’accompagnement des communautés scientifiques du Sud, réaffirmée lors de la 10ème Conférence de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) à Nagoya en 2010.

Le programme SEP2D est cofinancé par l’Agence Française de développement (AFD), le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM), le Ministère français à l’Europe et aux Affaires Etrangères (MEAE), l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et le Museum National d’Histoire Naturelle (MNHN).

L’atelier du 10 et 11 février est organisé en partenariat avec la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB) et le cabinet Afrique RSE (ARSE).    

Thierry TENE

Associé et Directeur

Afrique RSE

Tel : +33 7 58 33 57 75

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

www.ia-rse.com

Editeur du magazine Dirigeantes

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

www.lesdirigeantes.com